La Dayto Mania

Rolex est un mythe et les membres de l'OPC sont bien placés pour le savoir. Parmi les différentes Rolex, un modèle est particulièrement prisé : le Chrono Daytona.

Revivez l'histoire du Mythe dans cet article.

Histoire d'un mythe

Rolex aime entretenir l'image des chronographes Daytona. Encore très difficile à se procurer notamment en version acier (certains AD annonce 3 ans d'attente, il faut bien souvent passer par le marché gris et payer sa montre un peu plus...).

En occasion, les prix sur ces modèles ont souvent atteint des sommets jusqu’à 12 000 euros demandés pour l’acquisition d’un modèle récent (théoriquement vendu 9600 euros au catalogue ROLEX).

1963 : Naissance d'un mythe horloger

En 1963, Rolex lance la référence 6239. Son premier COSMOGRAPH. A l’intérieur bat un mouvement valjoux 72B, (comme pour le modèle 6238).

La montre possède déjà l'échelle tachymétrique gravée sur la lunette. Les compteurs sont d’une couleur différente de celle du cadran (noir ou plus rarement marron sur les cadrans clairs, blanc mat et soleil brillant, argent ou blanc/crème sur les cadrans noirs). Le choix de changer les couleurs des compteurs est lié à l’exigence de vérifier facilement les temps dans des conditions de visibilité qui ne sont pas optimale (On pense notamment aux courses de voiture).

Il existe deux types d’échèle tachymétrique. Les plus anciens modèles ont une lunette pour mesurer la vitesse avec une graduation qui va jusqu’à 300 Km/h (au lieu de 200 Km/h).

Vous pourrez voir la lettre S grec (Sigma) a côté des deux T sur les cadrans (notamment certains 6239 et les modèles d’après). L’indication que les modèles aciers ont reçu des index en or.

L’inscription DAYTONA du cadran n’était prévue au début que sur le marché anglophone (apparition dès 1964). A l’origine, elle était placée en haut du cadran sous COSMOGRAPH. Il faut attendre 1967 pour que l’inscription migre à 6 heures.

Quant aux couleurs d’inscription :

Cadran noir :  

-       Sur les plus anciens, les inscriptions sont de couleurs claires (blanches ou grises)

-       Sur les plus récents, les inscription sont rouges.

Cadran blanc,

-       Sur les plus anciens, les inscriptions sont de couleurs foncées (noir ou marron)

-       Sur les plus récents, les inscriptions deviennent rouge

Pour la petite histoire ROLEX sponsorisait la course automobile de Daytona. Une rolex acier pour tous les participants et une en or pour le vainqueur.

  

1965 : premiers modèles avec poussoirs vissés

En 1965, Rolex lance la 6240. Il s’agit du premier modèle avec poussoirs vissés. Elle sera produite jusqu’en 1969. Son calibre est le mouvement 722 (18 000 alternances/heures).

Selon certaines hypothèses Rolex a lancé les poussoirs vissés pour éviter d’enclencher de manière accidentelle le chrono dans des conditions dangereuses.

Le cadran de la 6240 retrouve l’inscription OYSTER, qui garantit l’étanchéité de la montre. C’est devenu possible grâce aux poussoirs vissés et à la couronne de remontage en 7mm (contre 6mm sur les modèles à poussoirs à pompes).

Ce modèle est principalement disponible avec lunette noire en bakélite. Il est toutefois probable que Rolex ait monté des lunettes aciers de 6239 au début de la production.

Rolex doit faire face à un flop commercial avec ce modèle. Diamètre trop gros, des cadrans vraiment différents des standards de l’époque et des poussoirs qui risque, selon les clients, de déchirer les chemises.

Au début des années 70, deux nouvelles références arrivent sur le marché (6262 et 6264),

6262 produit uniquement en 1970. La montre reprend la lunette de la 6239. Elle a les poussoirs vissés.

6264 produit jusqu’en 1972. Elle reprend la lunette de la 6241. Elle a les poussoirs vissés.

Ces deux montres arborent un nouveau calibre. Il s’agit du 727 (19 800 alternances/heure).

Pour les modèles aciers, il existe un rare cadran noir avec inscriptions argent (sauf DAYTONA qui reste en gris).

Attention pour les collectionneurs, les numéros de fond diffèrent du numéro de boite dans 50% des cas.

Daytona dite « Paul Newman »

Attention, là on touche à un mythe. Comme d’habitude le nom du cadran est une affaire de collectionneurs. Rolex ne reconnait aucunement ses noms.

Au cinéma, l’acteur portait une 6239 acier avec ce cadran spécifique. Le film date de 1970, il s’agit de CARRERA MEXICANA.

Si aujourd’hui, il s’agit d’un graal, à l’époque les AD changeaient bien souvent le cadran PN par un « normal » à la demande des clients.

Le cadran PAUL NEWMAN a été produit de (1963-1978). Il était destiné au marché américain. Du coup, elle porte toujours l’inscription DAYTONA.

Les cadrans

Pour les versions acier :

  • cadran principal clair (blanc ou crème), compteurs et couronne externe noirs avec échelle tachymétrique blanche.
  • cadran principal clair, compteurs noirs, couronne externe rouge avec échelle émaillée claire (variante plus rare pour les poussoirs à pompe).
  • cadran principal clair, compteurs noirs, couronne externe marron avec échelle émaillée claire (variante plus rare pour les poussoirs à pompe).
  • cadran principal noir, compteurs blancs ou crème, couronne externe blanche ou crème avec échelle émaillée rouge.

Pour les versions or :

  • cadran principal champagne, compteurs noirs, couronne externe noire avec échelle émaillée dorée.
  • cadran principal noir, compteurs champagne, couronne externe claire avec échelle émaillée foncée.

En 1971, la production de la version finale COSMOGRAPH à remontoir manuel a commencé. Il s’agit des références 6263 et 6265. (21 600 alternances/heure).

Une seule différence entre ses deux modèles : Bakélite pour la 6263 et acier pour la 6265. La 6263 est étanche à 165 pieds contre 330 pour la 6265. Certaines 6265 ont un fond marqué 6263.

La plupart des cadrans portent la mention DAYTONA. Il existe quelques différences entre les cadrans entre ceux des années 70 et des années 80. Important à vérifier avant de se lancer dans l’achat de ce genre de pièce.

L’aviation Péruvienne a reçu des dotations de ces 2 modèles dans les années 80. Selon certaines sources, elles ne doivent pas porter l’inscription DAYTONA sur le cadran.

Il existe une autre référence 6269 (très peu d’exemplaires dans les années 80). Boîtier en or 18 carats, un cadran et une lunette avec des diamants et des signes en saphir.

1987 : Daytona Zenith El Primero

En 1987, les COSMOGRAPHS manuels disparaissent du catalogue. La première référence de chronographe ROLEX avec verre saphir débarque. Il s’agit d’un calibre automatique. La référence est 16520. La montre est équipée d’un calibre dérivé du ZENITH EL PRIMERO 400.

Des versions or et acier 16523, or jaune et or blanc sur cuir, voient le jour.

 

2000 : L’avènement du tout Rolex

En 2000, Rolex met fin à sa collaboration avec le El Primero. Le mouvement devient un 100% Rolex. C’est l’arrivée des 116520.
La seconde passe à 6H au lieu de 9H, formes et poli différents, la montre a aussi un nouveau bracelet.